US employment growth cooled in September

US employment growth cooled in September

Le rythme soutenu de la croissance de l’emploi aux États-Unis s’est ralenti en septembre, mais le taux de chômage a chuté de manière inattendue, renforçant les attentes selon lesquelles la Réserve fédérale augmentera ses taux d’intérêt de 0,75 point de pourcentage lors de sa prochaine réunion en novembre.

La plus grande économie du monde a ajouté 263 000 postes le mois dernier, selon le Bureau of Labor Statistics, moins que les 315 000 postes créés en août et bien en dessous de l’augmentation de 537 000 de juillet. Jusqu’à présent en 2022, la croissance mensuelle des emplois est en moyenne de 420 000, en baisse par rapport au rythme mensuel moyen de 562 000 en 2021.

Malgré le ralentissement du rythme de croissance, le taux de chômage est revenu à son creux d’avant la pandémie de 3,5 %, la part des Américains ayant un emploi ou cherchant un emploi ayant légèrement diminué.

“L’histoire est qu’une hausse de 0,75 point de pourcentage en novembre est probable”, a déclaré Tiffany Wilding, économiste pour l’Amérique du Nord chez Pimco. “La Fed doit continuer à se resserrer.”

Vous voyez un instantané d’un graphique interactif. Cela est probablement dû au fait que vous êtes hors ligne ou que JavaScript est désactivé dans votre navigateur.


Les responsables de la banque centrale américaine débattent activement de la nécessité d’une quatrième hausse consécutive des taux jumbo le mois prochain ou s’ils peuvent potentiellement rétrograder pour augmenter les taux par incréments d’un demi-point. Jusqu’à présent cette année, la Fed a relevé son taux directeur de près de zéro à une fourchette de 3 % à 3,25 %.

Les négociants en contrats à terme sur les fonds fédéraux ont désormais évalué les chances de ce résultat le plus agressif à 81%, selon CME Group, contre 75% avant la publication de vendredi.

Les données arrivent quelques jours seulement après que les chiffres ont montré que les employeurs avaient réduit de plus d’un million d’offres d’emploi en août – l’une des baisses mensuelles les plus prononcées en deux décennies. Cela a fait chuter le rapport entre les postes vacants et les chômeurs de 2 à 1,7.

Cependant, les travailleurs démissionnent toujours à un rythme élevé, ce qui suggère que l’offre et la demande de main-d’œuvre sont toujours déséquilibrées.

Les contrats à terme pour le S&P 500 ont chuté de 1,2% dans les échanges avant commercialisation vendredi, après avoir été à peu près stables avant la publication des données. Le rendement du Trésor américain à deux ans, qui est sensible aux changements des attentes politiques, a augmenté de 0,06 point de pourcentage à 4,31 %.

Les responsables de la banque centrale américaine ont prévu que leurs efforts pour maîtriser la pire inflation des quatre dernières décennies nécessiteront non seulement une période prolongée de croissance « inférieure à la tendance », mais également des pertes d’emplois. Une récession ne peut être exclue, a récemment averti le président de la Fed, Jay Powell.

Selon les projections les plus récentes publiées par la Fed le mois dernier, la prévision médiane des décideurs pour le taux de chômage montre qu’il n’atteindra que 3,8% d’ici la fin de l’année avant de bondir en 2023 à 4,4% et de rester à ce niveau jusqu’à ce que 2025.

Les responsables ont soutenu que l’inflation peut être maîtrisée sans une augmentation plus substantielle du chômage, notamment parce que les employeurs pourraient hésiter à réduire leurs effectifs compte tenu de l’ampleur de la pénurie de main-d’œuvre depuis le début de la pandémie.

Vous voyez un instantané d’un graphique interactif. Cela est probablement dû au fait que vous êtes hors ligne ou que JavaScript est désactivé dans votre navigateur.


En septembre, le soi-disant taux de participation à la population active restait toujours inférieur à son niveau d’avant la pandémie, à 62,3 %. La population active globale a légèrement diminué de 57 000 personnes.

L’industrie des loisirs et de l’hôtellerie a été en tête des gains d’emplois, qui a ajouté 83 000 postes, suivi d’une augmentation de 60 000 emplois dans le secteur de la santé.

Le marché du travail toujours tendu – et les gains salariaux qui ont suivi alors que les entreprises tentent d’attirer de nouvelles embauches et de conserver les anciennes – est une préoccupation majeure pour la Fed, qui tente activement de restreindre la demande et de réduire les pressions sur les prix grâce à des augmentations de taux d’intérêt surdimensionnées. .

Le salaire horaire moyen en septembre a augmenté au même taux de 0,3 % qu’au cours de la période précédente, ce qui s’est traduit par un bond annuel de 5 %.

D’ici la fin de l’année, la plupart des responsables prévoient que le taux des fonds fédéraux oscillera entre 4,25 % et 4,5 %, avec de nouvelles hausses de taux au début de 2023. Le taux directeur de référence devrait culminer juste au-dessus de 4,5 %. Ils ont également souligné que la Fed n’envisageait pas encore de pause dans son cycle de hausse des taux alors même que des signes de tension commençaient à apparaître dans le système financier et que les perspectives économiques mondiales se détérioraient.

Vous voyez un instantané d’un graphique interactif. Cela est probablement dû au fait que vous êtes hors ligne ou que JavaScript est désactivé dans votre navigateur.


]