Renault chief flies to Japan for crunch talks over Nissan alliance

Renault chief flies to Japan for crunch talks over Nissan alliance

Le PDG de Renault, Luca de Meo, s’est rendu à Tokyo pour un week-end de discussions avec le patron de Nissan, Makoto Uchida, visant à sortir de l’impasse sur la propriété intellectuelle et à ouvrir potentiellement la voie à une restructuration historique de l’alliance des constructeurs automobiles en quelques semaines.

La visite de De Meo devrait donner le coup d’envoi d’un mois de négociations entre les constructeurs automobiles qui examineront la possibilité pour Renault de réduire sa participation dans Nissan de 43% à 15%, selon des sources proches du dossier.

L’alliance, qui a été conclue pour la première fois en 1999 pour favoriser la collaboration entre les deux sociétés, a réussi à tenir malgré les tensions de longue date. Mais alors que l’industrie automobile se tourne inexorablement vers les véhicules électriques, la pression sur Renault et Nissan pour tirer davantage de bénéfices de l’alliance se renforce.

Au centre des pourparlers de ce week-end se trouveraient deux propositions de Renault visant à assurer son avenir, mais elles nécessitaient l’accord de Nissan, ont indiqué les sources.

La première était de persuader Nissan d’accepter le projet de Renault de décharger une partie de son activité de moteurs à combustion vers le chinois Geely, ont déclaré les sources, dans le cadre d’une décision annoncée en février pour se séparer de son activité héritée.

L’option préférée de Renault est de former une nouvelle coentreprise avec l’activité Auroboy de Geely, une unité de moteurs dédiée détenue conjointement par le constructeur automobile chinois et Volvo Cars.

C’est une étape qui s’était heurtée à une forte résistance de la part de Nissan – qui ne veut pas que la technologie qu’il a développée conjointement avec Renault pendant de nombreuses années soit partagée avec une entreprise chinoise – ont ajouté les sources. De Meo voulait qu’un accord avec Geely soit finalisé avant la journée des marchés des capitaux du constructeur automobile français début novembre.

Au cours des pourparlers, De Meo poussera également Nissan à investir dans une nouvelle unité “véhicule électrique et logiciels” que le constructeur français a annoncé en avril avoir l’intention de coter.

Alors que le règlement du différend sur la propriété intellectuelle est un objectif pressant des pourparlers, Nissan entend en profiter pour appeler à une réduction significative de la participation de Renault dans l’entreprise, longtemps source de tensions.

Bien que Renault ait été historiquement opposé à un tel changement, sa résistance s’est estompée car il cherche plutôt à renforcer la coopération avec Nissan sur des projets opérationnels, selon des personnes proches de l’alliance.

Les dirigeants de Renault avaient fait valoir que l’alliance avec Nissan vivrait ou mourrait sur sa capacité à aller de l’avant avec des plans de production communs, ouvrant la porte à des changements potentiels dans la structure de propriété, ont déclaré les sources.

« Il y a eu des discussions sur tout cela. L’important maintenant est de persévérer avec ce qui sous-tend l’alliance, la structure du capital en elle-même est un peu hors de propos », a ajouté l’une des personnes.

Alors que les deux sociétés se débattent avec l’alliance, leurs principaux rivaux forgent des liens plus étroits. Stellantis, issue de la fusion du propriétaire de Peugeot PSA et de l’italien Fiat-Chrysler, est désormais l’un des constructeurs automobiles les plus précieux au monde, tandis que Honda et General Motors coopèrent étroitement sur la technologie des batteries.

Renault, Nissan et Geely ont tous refusé de commenter. L’État français détient 15 % de Renault et aura autorité sur tout changement dans la participation du constructeur automobile dans Nissan. Le ministère français de l’Economie s’est refusé à tout commentaire.

]

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *