Infographie : L’Europe a-t-elle assez de gaz pour l’hiver ? | Nouvelles du pétrole et du gaz

Infographie : L'Europe a-t-elle assez de gaz pour l'hiver ?  |  Nouvelles du pétrole et du gaz

La guerre de la Russie en Ukraine a conduit à une crise énergétique européenne, le prix du gaz naturel atteignant de nouveaux sommets cette année.

Alors que les nations occidentales se disputaient avec Moscou au sujet de son invasion, la Russie a principalement coupé l’approvisionnement en gaz de l’Europe.

Afin d’atténuer sa dépendance au gaz russe, l’Union européenne a fixé des objectifs minimaux de stockage.

Actuellement, la capacité de stockage de gaz est pleine à 89,6%, au-dessus de l’objectif de 80% fixé par l’UE pour le 1er octobre.

“Le stockage est destiné à faire face aux variations saisonnières de la consommation, et non à fournir une réserve stratégique en cas d’embargo ou de blocus”, a déclaré John Kemp, analyste de marché chez Reuters.

“En cas d’arrêt complet des importations en provenance de Russie, d’un hiver plus froid que la normale, ou des deux, le gaz deviendrait rare avant la fin mars 2023.”

Les pays de l’UE ont convenu d’imposer des prélèvements d’urgence sur les bénéfices des entreprises énergétiques et discutent de la possibilité d’un plafonnement des prix du gaz à l’échelle du bloc.

Il est également convenu d’une réduction obligatoire de 5 % de la consommation d’électricité pendant les périodes de pointe.

La consommation mondiale de gaz devrait diminuer de 0,8% en 2022, résultat d’une réduction de 10% de la demande en Europe, selon un rapport publié par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) cette semaine.

Chronologie des prix élevés de l’essence

Les prix du gaz en Europe ont grimpé en flèche après l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février.

En août, la Russie a arrêté le flux de gaz via son gazoduc Nord Stream 1, invoquant la nécessité de réparations, et a déclaré qu’elle ne reprendrait pas les flux tant que les sanctions ne seraient pas levées contre Moscou.

Dans le même temps, les pays européens ont eu du mal à trouver des sources d’énergie alternatives pour chauffer les maisons, produire de l’électricité et faire fonctionner des usines.

(Al Jazeera)

En outre, des fuites de gaz ont mis en péril les pipelines Nord Stream 1 et 2, le Danemark signalant que la fuite la plus importante a provoqué des perturbations au niveau de la surface en septembre.

Des responsables en Russie et en Occident ont soupçonné le sabotage d’être à l’origine des fuites, se blâmant mutuellement.

Étant donné que l’UE a atteint son mandat de stockage de gaz d’ici le 1er octobre, les craintes d’une pénurie d’approvisionnement en gaz pour l’hiver se sont atténuées et le prix a récemment baissé.

Mais Kemp, chez Reuters, a averti: “L’accumulation des stocks a placé l’Europe dans une position plus forte qu’à la même époque l’année dernière, mais les approvisionnements régionaux sont toujours menacés, ce qui nécessitera de nouvelles mesures de la part du marché et des décideurs.”

INTERACTIF - SABOTAGE DU NORD Stream
(Al Jazeera)

Dans quelle mesure l’Europe dépend-elle du gaz ?

L’Europe est fortement dépendante du gaz pour la production d’électricité, le transport et le chauffage. En 2021, 34 % de l’énergie du continent provenait de la combustion du gaz.

La Biélorussie est le pays le plus dépendant du gaz en Europe avec 62 % de son énergie provenant du gaz, suivi de la Russie (54 %), de l’Italie (42 %), du Royaume-Uni (40 %) et de la Hongrie (39 %).

En 2021, 76 % de l’énergie de l’Europe provenait de la combustion de combustibles fossiles – gaz (34 %), pétrole (31 %) et charbon (11 %).

Les énergies renouvelables, y compris l’hydroélectricité, le solaire, l’éolien et les biocarburants, représentaient 14 %, le nucléaire représentant les 10 % restants.

La compression de l’approvisionnement en gaz de la Russie a contraint les pays à accélérer leur recherche d’alternatives.

L’Allemagne a annoncé qu’elle arrêterait temporairement la fermeture de deux centrales nucléaires dans le but de renforcer la sécurité énergétique.

INTERACTIF - D'où l'Europe tire son énergie
(Al Jazeera)

Stockage de gaz en Europe

L’UE stocke 15 % de gaz en plus aujourd’hui qu’à la même période l’an dernier.

La plupart des membres de l’UE disposent d’installations de stockage de gaz dans leurs États respectifs, les capacités de stockage en Allemagne, en Italie, en France, aux Pays-Bas et en Autriche représentant les deux tiers de la capacité totale de l’UE.

Selon un règlement du Conseil européen, les pays qui ne disposent pas d’installations de stockage devront stocker 15 % de leur consommation intérieure annuelle de gaz dans des stocks situés dans d’autres États membres.

Il s’agit notamment de l’Irlande, de la Finlande, de l’Estonie, de la Lituanie, du Luxembourg, de la Slovénie, de la Grèce et de Chypre.

Stockage de gaz par les États membres

L’Europe est le plus grand importateur de gaz naturel au monde.

En 2021, la Russie, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie et la France ont consommé les trois quarts des 10 073 térawattheures (TWh) d’énergie gazière du continent.

En plus de relever les défis du stockage du gaz, plusieurs pays de l’UE ont annoncé des mesures d’urgence de plusieurs milliards de dollars pour lutter contre la flambée des prix de l’énergie.

Le stockage de gaz en Allemagne est actuellement à 92 %, tandis que la France est à 97 %, l’Italie à 91 % et les Pays-Bas à 92 %.

INTERACTIF - Stockage de gaz en Europe
(Al Jazeera)

Les prix de l’essence resteront-ils élevés ?

Suite aux efforts de l’UE pour éviter les pénuries de gaz, le prix du gaz va probablement diminuer de moitié cet hiver, selon Goldman Sachs.

En septembre, la banque d’investissement a déclaré qu’elle s’attendait à ce que les prix de gros du gaz naturel en Europe tombent en dessous de 100 euros (99 $) par mégawattheure (MWh) d’ici la fin mars 2023, en supposant des conditions hivernales normales.

INTERACTIF - Prix de gros du gaz naturel europe_updated
(Al Jazeera)

Les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) ont bondi en Europe, avec une augmentation de 65 % de la demande au cours des huit premiers mois de 2022 par rapport à l’année précédente.

Selon une analyse de l’AIE, en cas d’arrêt complet de l’approvisionnement en gaz russe et sans réduction de la demande, le stockage de gaz de l’UE serait plein à moins de 20 % en février, en supposant un niveau élevé d’approvisionnement en GNL.

Une baisse de 9 % de la demande de gaz de l’UE par rapport au niveau moyen des cinq dernières années serait nécessaire pour maintenir les niveaux de stockage de gaz au-dessus de 25 % si les flux de GNL sont plus faibles.

.